l’ Axe ovarien

Production d’hormones par les ovaires

Les ovaires se situent à gauche et à droite de l’utérus et derrière la vessie dans le bassin. Ils ont une forme ovale. Chez les jeunes enfants, un ovaire pèse environ 1 g. Chez les adultes ils pèsent 10 à 20 g et ont une longueur d’environ 5 cm et une largeur de 2-3 cm.

Les ovaires contiennent les ovocytes. Ces ovocytes sont entourés d’une enveloppe qui est constituée de 2 couches de cellules : les cellules de la granulosa sur la partie interne et les cellules thécales sur la partie externe. L’ovocyte, les cellules de la granulosa et les cellules thécales forment le follicule. Entre ces follicules se trouvent les cellules de soutien : le stroma (Figure 1)

 

A la naissance, les ovaires contiennent environ 1 million d’ovocytes. Seuls 300-400 d’entre eux aboutissent à l’ovulation. Les autres ovocytes et les follicules vont disparaître progressivement.

Les follicules produisent les hormones féminines (les oestrogènes) ; les hormones masculines (androgènes), la progestérone et toute une série de peptides (inhibine A et B, activines, follistatines, etc.).

Les oestrogènes (oestradiol et oestrone) sont des hormones stéroïdiennes qui sont produites, via des nombreuses étapes intermédiaires, à partir du cholestérol. Ils sont transportés dans le sang liés à la SHBG (Sex hormone Binding Globulin ou hormone liant les hormones sexuelles) et l’albumine. Seul un petit pourcentage circule librement et est actif.

Les oestrogènes ont des effets sur de nombreux tissus et organes.

Effets biologiques des oestrogènes.

Sein Croissance des canaux galactophores
Utérus Croissance en longueur et largeur
Épaississement de la muqueuse utérine (endomètre)
Vagin Epaississement de la muqueuse
Hypophyse et hypothalamus Stimuler la production d’hormone de croissance
Inhiber la production de LHRH et LH
Cartilage de croissance Ossifier le cartilage de croissance (lorsque la concentration est élevée)
Os Inhiber la résorption du tissu osseux
Foie Augmenter la production de nombreuses protéines, entre autres les facteurs de coagulation
Réduire la production de facteurs anti-coagulants
Lipides dans le sang Augmenter le bon cholestérol ( HDL)
Réduire le mauvais cholésterol  (LDL cholesterol)
Cerveau Changements d’humeur

La production des hormones féminines (oestrogènes) est contrôlée par 2 hormones du lobe antérieur de l’hypophyse, la LH et la FSH. La production de LH est elle-même stimulée par une hormone, la LHRH, provenant de l’hypothalamus (une partie du cerveau). La production de LHRH est elle-même régulée par d’autres facteurs produits dans le cerveau (les neurotransmetteurs et les neuropeptides) ou dans d’autres organes (la leptine sécrétée par le tissus adipeux par exemple). La LHRH n’est pas produite de manière continue mais de façon pulsatile.

Le système fonctionne donc comme une chaîne allant du cerveau vers les ovaires : neurotransmetteurs > pics de LHRH > LH/FSH > oestrogènes. Si les taux d’oestrogènes dans le sang sont suffisamment élevés, ils inhibent la sécrétion de LHRH et de LH (rétrocontrôle négatif ; voir ‘Comment fonctionnent les hormones’). La concentration de FSH dans le sang est principalement contrôlée par une autre hormone provenant des follicules : l’inhibine B (Figure 2)

 

Cette chaine est active avant la naissance et pendant les 6 premiers mois de vie (mini-puberté) mais est ensuite silencieuse jusqu’au début de la puberté. Au début de la puberté, l’hypothalamus va produire des pics de LHRH qui génèrent des pics de LH, qui vont à leur tour stimuler la production d’oestrogènes.  A la fin de la période fertile chez une femme, les ovaires ne peuvent plus produire suffisamment d’oestrogènes et d’inhibine B. L’inhibition de la production de LH et FSH diminue et de plus en plus de LH et surtout de LHRH arrive dans le sang (Figure 3).

Les follicules produisent aussi des hormones masculines (DHEA, testostérone). Oui, les femmes ont aussi un peu d’hormones masculines ! Elles sont responsables de la croissance des poils sous les bras, le pubis et les jambes. Les hormones masculines augmentent aussi la production de la transpiration sous les aisselles et de sébum sur la tête. Ils sont aussi responsables de la diminution de la fréquence vocale.

Lorsque les cycles menstruels démarrent à la puberté, les follicules produiront aussi une troisième hormone : la progestérone. La progestérone est nécessaire pour préparer la grossesse : elle assure que  l’endomètre puisse réceptionner l’embryon et assure aussi le développement des glandes mammaires. Elle augmente également la température corporelle (Figure 4).

Au milieu du cycle menstruel, se produit un pic de LH et FSH qui entraîne la libération d’un ovule de l’ovaire (ovulation) qui est aspiré par la trompe de Fallope. Cette ovulation produit parfois une douleur au milieu du cycle. Le follicule dans lequel l’ovocyte est « emballé » reste dans l’ovaire (corps lutéal) et commence à produire davantage d’hormones (oestrogènes et progestérone) qui épaississent la muqueuse de l’utérus (endomètre) pour accueillir l’embryon. Les taux élevés d’hormones peuvent provoquer des maux de tête, de la tension dans les seins et des troubles de l‘humeur (syndrome prémenstruel). Au cours de cette phase du cycle, plus d’hormones masculines sont produites avec davantage de boutons d’acné et des cheveux qui deviennent plus gras.

Si l’ovule n’est pas fécondé, la progestérone diminue rapidement. La muqueuse utérine se détache entraînant un saignement menstruel. Entretemps la maturation d’un nouveau follicule débute et un nouveau cycle commence.