La thyroïde gonflée

Goitre

schildklierzwelling-adolescente

Une augmentation du volume de la thyroïde (goitre) est souvent découverte fortuitement. Le goitre se situe au milieu du cou, sous la pomme d’Adam et bouge vers le haut et vers le bas lors de la déglutition. Il est généralement indolore mais peut provoquer une sensation de pression sur la trachée ou des difficultés lors de la déglutition.

Le volume de la thyroïde est déterminé par l’âge, le sexe et le développement pubertaire de la personne et par la teneur en iode dans l’alimentation. Une thyroïde est trop grande lorsque le volume, mesuré à l’échographie, est supérieur à 6,2 ml par mètre carré de surface corporelle.

Il existe de nombreuses formules pour calculer la surface corporelle. La plus facile est la formule de Mosteller:  surface corporelle = racine carrée ((taille en cm x poids en kg)/3600)

Un goitre est beaucoup plus fréquent (5 à 10 fois) chez les filles/femmes que chez les garçons/hommes et débute souvent pendant la puberté. Il peut s’agir d’un goitre bénin qui reste généralement stable et qui va de pair avec un fonctionnement normal de la thyroïde, ou une maladie débutante de la thyroïde qui provoquera à terme un fonctionnement trop lent (hypothyroïdie) ou trop rapide (hyperthyroïdie).

Une augmentation du volume de la thyroïde peut être le résultat de :

  1. Une croissance de la thyroïde due à une concentration élevée en TSH (thyréotropine) (thyréostimuline) dans le sang
  2. Une croissance de la thyroïde suite à la présence d’anticorps stimulants dans le sang
  3. Une croissance de la thyroïde par infiltration de la thyroïde par des cellules du système immunitaire, par un saignement…

Un examen sanguin peut aider à déterminer la cause du goitre et déterminer si la fonction thyroïdienne est normale. Tant le manque que l’excès d’hormones thyroïdiennes doit être traité (voir textes sur l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie).

Un goitre par manque d’iode peut être traité simplement par la prise de suppléments d’iode dans la nourriture ou en comprimés.

On s’interroge quant à la nécessité d’un traitement par hormones thyroïdiennes quand la TSH est légèrement augmentée et que les hormones thyroïdiennes sont encore normales. Chez moins de 1% des enfants, il y aura une évolution vers un vrai déficit en hormones thyroïdiennes dans les 5 ans. Les études montrent qu’un traitement par de petites doses d’hormones thyroïdiennes, entraîne généralement une diminution du volume de la thyroïde mais ne ralentit pas l’évolution vers une maladie de la thyroïde.

Chez les adultes, un taux élevé de TSH avec des taux normaux d’hormones thyroïdiennes sont associés à des taux élevés en cholestérol et triglycérides dans le sang, des maladies cardio-vasculaires et des dépressions. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si un traitement pendant l’enfance pourrait avoir un effet favorable sur l’apparition de ces affections.

Une TSH légèrement élevée avec des taux normaux d’hormones thyroïdiennes avec ou sans augmentation du volume de la thyroïde (hypothyroïdie subclinique) sont souvent retrouvés chez des enfants en surpoids ou obèses. Dans ce cas, l’augmentation de la TSH est la conséquence de l’obésité et non la cause. Le mécanisme précis n’est pas bien connu mais l’augmentation de la TSH disparaît quand le poids se normalise.