Nodule thyroïdien

Nodule dans la glande thyroïde

schildklierknobbelfr

Un  petit nodule thyroïdien peut être découvert fortuitement lors d’un examen clinique.

Lorsqu’on réalise une échographie thyroïdienne, on peut observer un (ou plusieurs) nodule(s) thyroïdien(s)  chez près de 2% des enfants mais le plus souvent celui-ci passe inaperçu. Parfois vous le découvrez par hasard vous-même (ou votre famille ou des amis) ou un médecin. On a plus de chance d’avoir un nodule thyroïdien lorsque l’on a une carence en iode, une maladie de la thyroïde auto-immune, si on a été irradié dans la région du cou ou si on a été exposé à des substances radioactives provenant par exemple d’une centrale nucléaire (ex. Tchernobyl)). Chez les filles, le risque est un peu plus élevé que chez les garçons. Dans certaines familles, les nodules thyroïdiens peuvent se voir dans le cadre de maladies héréditaires spécifiques.

Toutes les tuméfactions dans le cou ne sont pas des nodules thyroïdiens. Le plus souvent il s’agit de ganglions lymphatiques hypertrophiés et parfois il s’agit d’un gonflement au milieu du cou mais au-dessus de la glande thyroïde. Il s’agit alors d’un kyste du tractus thyréoglosse, une relique du canal le long duquel la thyroïde est descendue avant la naissance.

Kyste thyréoglosse

 

 

 

 

La plupart des nodules thyroïdiens sont bénins: il s’agit de petits kystes ou d’une prolifération locale des cellules thyroïdiennes ou de tumeurs bénignes (adénomes) mais certains nodules peuvent être malins (carcinomes). Il est donc très important de faire examiner un nodule thyroïdien par un médecin.

La plupart du temps, le nodule thyroïdien n’entraîne pas de problèmes et la fonction de la thyroïde est normale. Exceptionnellement, le nodule produit trop d’hormones thyroïdiennes. Il peut alors y avoir des plaintes comme on les décrit dans le cas d’une hyperthyroïdie : transpiration, accélération du rythme cardiaque, perte de poids, etc. Les médecins parlent alors d’un nodule chaud. Parfois on ressent une « pression » désagréable dans le cou, on est enroué ou les ganglions lymphatiques sont enflés sur le côté du cou.

En plus d’une analyse du sang, une échographie de la thyroïde sera réalisée. S’il y a trop d’hormones thyroïdiennes dans le corps, on va réaliser une scintigraphie à l’iode ou au technétium pour explorer où se trouve le nodule qui produit trop d’hormones thyroïdiennes. La moitié de la thyroïde dans lequel se trouve le nodule est alors enlevé chirurgicalement. Ce geste chirurgical résout généralement le problème.

 

Echographie de la thyroïde

 

 

 

Si la fonction est normale et qu’après l’échographie, il n’est pas tout à fait clair de quel type de nodule il s’agit et que celui-ci est plus grand qu’1 cm, on va piquer dans le nodule à l’aide d’une fine aiguille (biopsie à l’aiguille fine).

 

 

Biopsie à l’aiguille fine et frottis de cellules thyroïdiennes (en bleu) sous le microscope

 

Si le tissu de biopsie est malin, la thyroïde est le plus souvent enlevée complètement. Une ou plusieurs glandes parathyroïdes sont laissées en place ou sont transplantées à un autre endroit. Les complications possibles de cette opération sont : une (laide) cicatrice dans le cou, un dommage au niveau du nerf entraînant une voix rauque, et une baisse, généralement temporaire,  du taux d’hormones parathyroïdiennes et du calcium dans le sang. Lorsque tout le tissu cancéreux ne peut être enlevé et/ou si des métastases sont présentes, un traitement par iode radioactif  sera administré. Il est préférable de discuter des détails de ce traitement avec votre équipe soignante.

Après l’exérèse complète de la thyroïde, on doit prendre des comprimés d’hormones thyroïdiennes à vie.