Hypothyroïdie

Fonction insuffisante de la glande thyroide

L’hypothyroïdie est la conséquence d’un manque d’hormones thyroïdiennes dans le sang résultant la plupart du temps d’un mauvais fonctionnement de la thyroïde. Exceptionnellement, la cause en est un déficit en thyréostimuline (TSH).

Les principales causes d’une déficience en hormones thyroïdiennes sont une anomalie de la thyroïde présente à la naissance (hypothyroïdie congénitale), une destruction de la thyroïde par le système immunitaire  de la personne (hypothyroïdie auto-immune ou maladie de Hashimoto), un manque d’iode dans l’alimentation (peu fréquent en Belgique) et une destruction de la glande par radiothérapie ou chirurgie.

Les hormones thyroïdiennes stimulent le métabolisme dans de nombreux organes. Un manque d’hormones thyroïdiennes peut donc donner toute une série de symptômes qui varient selon l’âge du patient.

Hypothyroïdie congénitale

L’hypothyroïdie congénitale est une affection congénitale de la glande thyroïde, parfois héréditaire. Elle survient chez environ 1 nouveau-né sur 2-3000 et peut avoir différents causes :

  • la thyroïde peut être totalement ou partiellement absente (=agénésie totale ou partielle)
  • la thyroïde peut se retrouver à une mauvaise place (=ectopie) où elle ne peut pas fonctionner correctement
  • Un des enzymes nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes peut être absent suite à un problème héréditaire. (=dyshormonopgénèse)
  • Il y a une insuffisance ou un excès d’iode pendant la grossesse ou après la naissance (l’hypothyroïdie est alors transitoire)

La conséquence principale d’un manque d’hormones thyroïdiennes pendant la grossesse ou pendant les premières années de vie est un trouble du développement cérébral pouvant entraîner un retard de développement intellectuel. Les autres conséquences chez le nouveau-né sont une température corporelle trop basse, un cri faible, des problèmes d’alimentation, une constipation, une jaunisse prolongée, une grosse langue, une hernie ombilicale…

Heureusement, l’hypothyroïdie congénitale est la plupart du temps diagnostiquée avec que ces signes se manifestent. En effet, l’hypothyroïdie fait l’objet d’un dépistage systématique à la naissance. On recherche cette maladie dans le sang que l’on collecte au 3ème – 5ème jour de vie chez tous les bébés,

Voir plus sur la page hypothyroïdie congénitale

 Hypothyroïdie auto-immune (maladie d’Hashimoto)

hashimoto fr 170x200 zonder titel Dans cette forme d’hypothyroïdie, notre propre système immunitaire détruit progressivement les cellules de la thyroïde, ce qui fait qu’elles vont produire de moins en moins d’hormones thyroïdiennes. On ne sait pas pourquoi le système immunitaire s’attaque aux cellules de la thyroïde. Mais on sait que cela se produit plus fréquemment chez les personnes qui ont d’autres maladies immunitaires. La maladie d’Hashimoto est également plus fréquente dans certaines familles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La destruction de la thyroïde est un processus très lent, conduisant habituellement à une apparition progressive des symptômes. Chez les enfants, les symptômes les plus courants sont :

  • ralentissement de la croissance, parfois accompagnée d’une augmentation du poids
  • fatigue
  • sensation de froid
  • constipation
  • développement pubertaire retardé
  • troubles des menstruations
  • perte de cheveux, peau sèche

 

Lors de l’examen clinique, le médecin trouve parfois une augmentation du volume de la thyroïde (=goitre), un pouls lent, une tension artérielle légèrement diminuée, des réflexes tendineux diminués.

Lors de l’analyse de sang, les hormones thyroïdiennes (T4 et T4 libre) sont diminuées et la TSH est augmentée et des anticorps (anticorps TPO) sont présents.

 

 

 

 

Le traitement consiste à prendre des hormones thyroïdiennes sous la forme de comprimés. La dose est variable d’une personne à l’autre et est adaptée en fonction des résultats de la prise de sang et de l’état clinique.