Retard de croissance après dysmaturité (SGA)

retard de croissance permanent à cause d’ une petit taille à la naissance

Environ 5% des enfants naissent avec un petit poids et/ou une petite taille pour l’âge gestationnel. Le terme médical qu’on utilise pour cela est « dysmaturité ». On peut vérifier si un enfant est dysmature en mettant sa taille et son poids de naissance sur les courbes de Niklasson par exemple (voir section schémas). Lorsque la taille ou le poids de naissance d’un enfant est en-dessous de -2SD (déviation standart), il est né dysmature.

Les causes de dysmaturité peuvent se trouver chez l’enfant, au niveau du placenta ou chez la maman.

 

Chez l’enfant
  • Anomalies chromosomiques
  • Grossesses multiples
  • Infections foetales
  • Syndromes avec retard de croissance intra-utérin
  • Malnutrition
  • Manque de certaines hormones et facteurs de croissance (insuline, IGF-1,…)
Placenta
  • Mauvaise implantation dans l’utérus
  • Infarctus du placenta
  • Décollement placentaire
  • Problèmes vasculaires lors de grossesses multiples
  •  …
Maman
  • Petite maman – petit bassin
  • Malnutrition
  • Maladies chroniques (anémie, maladies rhumatismales, maladies cardiaques…)
  • Hypertension gestationnelle (pré-éclampsie, éclampsie
  • ….

Jumeaux qui partageaient un placenta dans lequel il existe un lien entre les circulations sanguines des 2 enfants. Un des jumeaux (le plus petit)  donne une partie de son sang à son frère ce qui a eu pour conséquence qu’il ne grandi pas bien et qu’il est  trop petit (dysmature) pour la durée de la grossesse.

Implantation anormale du placenta dans l’utérus. Normalement le placenta s’implante à la partie supérieure de l’utérus. Lorsqu’il s’implante près de l’ouverture de l’orifice du col de l’utérus, la circulation de sang se fait moins bien et il y a un risque accru de saignement et de décollement du placenta.

La petite taille

On a découvert qu’une petite taille et/ou un petit poids de naissance augmente(nt) le risque de maladies plusieurs années plus tard (parfois 50-60 ans après) comme le diabète, maladies cardiovasculaires, taux élevé de cholestérol, etc. Avant et immédiatement après la naissance, le corps s’adapte aux conditions de vie. Si, à ce moment-là, il y a par exemple un manque de nourriture, le corps va être programmé pour ne pas être trop grand. Cela s’appelle le « early life programming » (la programmation au début de vie).

Un effet à long terme de la dysmaturité peut être une petite taille permanente. Presque tous enfants rattrapent le retard de croissance durant les 4 première années de vie, le plus souvent déjà au cours des 12 premiers mois. Chez 5-10% des enfants cela ne se produit pas, ils restent petits et ont une petite  taille à l’âge adulte. Savez-vous que 20% des adultes de petite taille étaient déjà petits à la naissance ? C’est surtout une petite taille à la naissance qui donne un risque élevé de petite taille permanente.

Traitement par hormone de croissance

Quand débuter un traitement?

Lorsqu’à l’âge de 4 ans, un enfant né dysmature n’a pas eu de rattrapage statural et que sa taille est toujours en-dessous de -2,5 SD (en bas de la zone grise à la partie inférieure des courbes flamandes (Vlaamse groeicurven), il peut répondre aux conditions de remboursement de l’hormone de croissance.

En réalité, il y a 5 conditions:

  1. Le taille et/ou le poids de naissance se situe(nt) en-dessous de -2 SD sur les courbes de Niklasson (https://belendo.be/fr/schemas/)
  2. Il n’y a pas eu de croissance de rattrapage au cours de la dernière année
  3. L’enfant a 4 ans ou plus.
  4. La taille actuelle se situe en-dessous de -2,5 SD sur les courbes de croissance.
  5. La taille de l’enfant se situe 1 ou plusieurs SDs en-dessous de la taille des parents.

La dose d’hormone de croissance dans cette indication est plus haute que pour une insuffisance en hormone de croissance. Les enfants nés dysmatures produisent eux-mêmes une quantité normale d’hormone de croissance. Dès lors, si nous voulons avoir un effet, nous devons aller plus haut que la quantité naturelle d’hormone de croissance. La dose recommandée est de 35 microgrammes par kg de poids corporel.

Quels résultats peut-on attendre du traitement ?

Lorsque le traitement est débuté au moins 2 ans avant le début de la puberté, un gain moyen de 9-11 cm peut être obtenu à l’âge adulte. La durée du traitement est alors de 6-8 ans. Le traitement est poursuivi jusqu’à ce que la vitesse de croissance soit inférieure à 2 cm/an ou que l’âge osseux soit supérieur à 14 ans chez les filles et 16 ans chez les garçons.

Le pic de croissance pendant la puberté est souvent sous-optimal, de sorte que la taille adulte, basée sur l’âge osseux, est plus petite que prévue. Dans le cadre d’études cliniques, l’on étudie si le fait de ralentir la puberté en utilisant des agonistes de la GnRH (médicaments qui freinent la puberté) en association avec un traitement par hormone de croissance peut optimaliser le pic de croissance. Cela peut être utile quand le traitement par hormone de croissance ne peut seulement être démarré qu’au début de la puberté.  D’autres études ont analysé si l’association d’hormone de croissance avec la metformine (médicament qui permet à l’insuline de mieux agir), peut améliorer la poussée de croissance pubertaire.

Les effets indésirables du traitement par hormone de croissance:

Les effets indésirables du traitement par hormone de croissance sont environ les mêmes chez les enfants ex-dysmatures que lors d’un traitement pour insuffisance en hormone de croissance. Etant donné que la dose d’hormone de croissance utilisée est plus élevée et que les enfants ex-dysmatures sont moins sensibles à l’insuline, une attention particulière est accordée à l’effet de l’hormone de croissance sur la glycémie (taux de sucre dans le sang).