Petite taille d’origine inconnue: forme familiale

avec ou sans retard pubertaire

Les caractéristiques d’une petite taille familiale sont:

  • Une taille en-dessous du 3ème percentile ou -2 déviations standard (DS) sur la courbe de croissance
  • Une taille qui est normale pour la taille des parents : on regarde si la taille se situe dans la « taille cible ». Pour cela, on calcule d’abord la taille cible :
    • (Taille du père + taille de la mère + 13)/2 pour les garçons
    • (Taille du père + taille de la mère – 13)/2 pour les filles
  • De ce nombre, on soustrait 8,5 cm (limite inférieure) ou on ajoute 8,5 cm (limite supérieure). On met les 2 points sur la courbe de croissance à l’âge de 20 ans (à l’extrémité droite de la courbe). Ensuite on regarde sur quel percentile ou quel DS se situent les 2 points. Si la taille de l’enfant se situe entre ces lignes de percentiles, la taille est adéquate pour les parents.
  • La vitesse de croissance est normale. A partir de l’âge de 2-3 ans, la courbe suit en parallèle les lignes de percentiles de la courbe de croissance. Pendant la puberté il semble y avoir une certaine croissance de rattrapage par rapport aux camarades du même âge mais la poussée de croissance s’arrête plus tôt et souvent sur la même ligne de percentile que la taille avant la puberté.

Une petite taille familiale est parfois aussi appelée petite taille génétique parce que l’on soupçonne que la cause est due à des facteurs génétiques encore inconnus. La recherche a montré qu’au moins 150 gènes ont une influence sur la taille. La plupart des gènes n’ont cependant  qu’un très petit effet  individuellement.

Cette petite taille familiale est parfois associée à un développement pubertaire retardé. La croissance pubertaire commence alors seulement à 14-15 ans au lieu de 13 ans. Cela accentue la différence de taille avec les camarades de classe car l’accélération de la croissance chez ces derniers survient plus tôt. On appelle cela parfois un retard familial de croissance et de puberté (ENG: constitutional delay in growth and puberty, CDPG).

Pour ce type de petite taille, il n’y a, en Belgique et en Europe, pas encore de traitement approuvé. Le traitement par hormone de croissance doit donc être considéré comme une thérapie expérimentale. Aux Etats-Unis, un traitement par hormone de croissance à haute dose est parfois possible lorsque l’on satisfait à des conditions très strictes. Les résultats du traitement sont très variables.